top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurThierry Bedossa

Durant la saison froide, faut-il ou non adapter l'alimentation de nos compagnons ?




Est-il nécessaire d’adapter l’alimentation de son chien ou de son chat au climat et de la revoir durant la saison froide ? La question ne va pas de soi et une distinction doit s’opérer entre les animaux qui vivent une partie du temps dehors et ceux qui sont maintenus dans des habitations chauffées.


Publi-communiqué

 

Au siècle dernier, manger des plats roboratifs était la règle en durant la saison hivernale pour aider la population alors surtout chargée de travaux manuels et extérieurs à surmonter les températures froides et l’humidité. Cette nécessité n’a plus lieu d’être avec la sédentarisation de la population et le passage d’habitations chauffées à des bureaux qui le sont tout autant. Si les traditionnels pots au feu et cassoulets sont toujours servis à table, c’est plus pour leurs qualités gustatives que pour leur apport calorique, la preuve on en trouve des versions allégées !


Il en va des animaux comme des humains : les chiens et chats de compagnie, hébergés dans les foyers chauffés et choyés comme des membres de la famille n’ont guère besoin d’un apport énergétique supérieur pour affronter cette saison particulière, a fortiori s’ils sont promenés avec des manteaux.

La question d’adapter l’alimentation des chiens et des chats à cette saison se raisonne donc en fonction du mode et des conditions de vie des animaux.

 

            Attention au risque de surpoids

 

Pour les chiens et chats hébergés à l’intérieur, qui sortent peu et sous surveillance, le contenu de leur gamelle ne mérite pas d’être modifié et le cas inverse risquerait même de générer un risque d’obésité.


Par contre, pour les chiens hébergés à l’extérieur, ceux qui travaillent (chiens auxiliaires des services de l’administration, chiens de meutes de chasse, chiens de traîneaux…), les chats qui sortent (chats « outdoor »), les animaux qui vivent en refuge ou en collectivités et sont hébergés dehors, il est nécessaire de revoir la ration alimentaire et d’en accroître notamment l’apport calorique pour les aider à affronter le froid et/ou l’humidité. En effet, pour ces animaux qui vivent une grande partie du temps dehors, les temps froids sont éprouvants et ils ont besoin d’un apport calorique supérieur et également de davantage de protéines et de graisses d’origine animale dans leur ration.


Pour cela, plusieurs options sont possibles.


Tout d’abord, on peut agir sur le plan qualitatif en choisissant des croquettes plus énergétiques comme des croquettes pour chiots ou chatons ou appartenant à une gamme « performance ». Bien sûr, le passage de l’ancienne ration à la nouvelle devra se faire en respectant une phase de transition et donc en incorporant progressivement les nouvelles croquettes dans la gamelle des individus. On peut aussi complémenter leur ration avec de l’aliment humide de bonne qualité ou avec des protéines animales (œuf, viande, poisson, abats…).

           

S’adapter à leurs préférences

 

Il s’agira de s’adapter aux préférences alimentaires des animaux et de leur distribuer un aliment qu’ils digèrent facilement.


Un changement quantitatif de la ration peut également être envisageable en augmentant les quantités d’aliment distribuées. Il faudra cependant veiller à ce que cette augmentation se fasse dans des proportions raisonnables.


Ainsi, sans forcément opter pour une segmentation de l’alimentation par saison, l’important est de distribuer à son chien ou à son chat un aliment adapté à son format et à son état : chien actif ou sédentaire, chat d’intérieur ou qui sort, animal jeune ou âgé, etc.


Pour en savoir plus, regardez cette vidéo :



 

Thierry Bedossa Docteur vétérinaire

1 405 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page